Skip to main content

Ouverture d’une librairie BD à Sartrouville

By 22 avril 2024Ouverture

Une reconversion ne s’improvise pas ! C’est ce que vous explique Frédérik, dans cette vidéo. En 2022, il s’est formé au métier de libraire, puis nous l’avons accompagné dans la concrétisation de son rêve,  en mars 2024. Située à Sartrouville, près du marché Claude Debussy et à 2 pas d’une école et d’un collège, sa librairie familiale est dédiée au 9e art. Membre du réseau Canal BD, Bulle imaginaire abrite sur 85m² une offre très complète : BD classiques, romans graphiques, mangas, comics et un coin albums et BD jeunesse.  

Voici la retranscription de l’entretien de la vidéo :

Book Conseil : Peux-tu te présenter et nous présenter ta librairie ?

Frédérik Porquier : Je m’appelle Frédérik, bienvenue chez Bulle Imaginaire, librairie spécialisée en bandes dessinées.
Je vous fais visiter ?
C’est une librairie spécialisée dans la bande dessinée, mais la bande dessinée généraliste.
Donc je propose tous les types de bandes dessinées, pour tout le monde.
En fait, c’est un magasin familial finalement. Il y a un coin jeunesse qu’on voit là-bas, avec les petites banquettes pour les enfants,  avec de l’album jeunesse, de la BD jeunesse et ados.
Il y a forcément un énorme mur de mangas que les gamins découvrent avec des yeux ébahis. Mais il y en a aussi pour les grand, avec les romans graphiques et de la BD “traditionnelle”, même si je n’aime pas ce mot-là, on retrouve autant de la BD de patrimoine et des classiques p Du Tintin et Astérix évidemment, mais aussi plein d’autres bandes dessinées, dans d’autres styles.
Ce que j’ai fait également, vu je viens du comics : j’ai dispatché les comics dans tous dans tous les différents genres, parce qu’il n’y a pas de raison que quelqu’un qui aime de la bd polar n’aime pas un titre de Brubaker par exemple, qui serait absolument génial.

BC : Quel est ton parcours ? 

FP : J’ai travaillé plus de 17 ans dans la communication digitale en tant que chef de projet, sur des sites internet, les réseaux sociaux, etc.
Et finalement, on se fait toujours rattraper par sa passion.
Et moi, au départ, c’était le comics.
J’ai grandi avec tout le côté super-héros mais après, au fur et à mesure je me suis ouvert aussi sur les autres styles de comics et ensuite les autres styles de BD.
Et voilà, je me suis dit : il faut se lancer, sinon je le regretterai.
Et maintenant, je ne regrette pas du tout justement d’avoir tenté l’aventure !

BC : Comment s’est passée cette reconversion ?

FP : Pour la reconversion, la petite étincelle, au début, c’est un bilan de compétences qui m’a rassuré sur mon métier déjà de base, où je me suis dit mais pourquoi pas réaliser mon rêve ?
Après, j’ai fait quelques rencontres et finalement, quand je me suis vraiment lancé dans le projet parce que ça me traînait trop en tête.
À partir de ce moment-là, ça m’a pris 2 ans entre le moment où j’ai lâché mon job et celui où j’ai ouvert.
C’était 2 ans. Le temps d’étudier les possibilités, de commencer à construire le projet et de faire la formation avec Book Conseil pour l’apprentissage.
En fait, ce qui prend plus de temps, c’est de trouver des locaux.
Et une fois que les locaux ont été trouvés et signés, là, ça avance à la vitesse de l’éclair. On ne s’en rend même pas compte.

BC : Et comment t’es-tu formé ?

FP : La formation m’a apporté beaucoup de choses parce que quand on est en reconversion, on ne connaît pas forcément les métiers du livre.
Donc ça permet de voir plus clair sur le contexte du métier, de la chaîne du livre.
Il y a beaucoup, beaucoup de spécificités, donc c’est vraiment utile, notamment pour ce qui est de construire son business plan. Il y a plein de choses à savoir plein de bonnes pratiques à récupérer aussi parce que comme c’est une formation qui est faite par des libraires qui connaissent vraiment leur sujet.
Et puis c’est passionnant en plus, donc il faut en profiter.

BC : Que t’a apporté l’accompagnement à la création de ta librairie de Book Conseil après la formation au métier de libraire ?

FP : J’ai bénéficié aussi du suivi Book Conseil et ce suivi est super important, que c’est très rassurant d’avoir des professionnels qui nous aident au quotidien. Ça permet aussi d’avoir des portes qui s’ouvrent plus facilement, d’avoir des contacts, etc.
Donc, ce suivi m’a été très utile, ne serait-ce que pour bien ouvrir la librairie. Et pour le moral aussi !

BC : un conseil pour une personne qui souhaite ouvrir une librairie ?

FP : Il faut bien y réfléchir parce que c’est un très fort investissement personnel, financier aussi. Il ne faut pas se leurrer, il faut savoir qu’il y a beaucoup de chiffres, même si on est dans de la littérature, des images et tout ça, donc il faut faire attention.
Ce n’était pas mon fort, mais voilà, je m’y suis plongé.
Et puis ce n’est pas le même mode de vie non plus. On est sur un mode de vie qui est un mode de vie, de commerce, de proximité. Donc on est là pour les gens. Il faut être ouvert, il faut être disponible.
Mais une fois qu’on se plonge dedans et qu’on voit les sourires des gens quand ils entrent dans la boutique qu’ils commencent à feuilleter, là, on se dit qu’on a bien fait.

Laisser un commentaire

DERNIÈRE ACTU !
newsletter
Inscrivez-vous pour découvrir l'actualité de BOOK CONSEIL
Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site internet. En naviguant sur ce site internet, vous acceptez notre politique de confidentialité.
Prix des libraires 2024

Prix des libraires 2024

La remise du prix a eu lieu mercredi 15 mai, au Centre national du livre. Dan...
LIRE PLUS
Aller au contenu principal